Utile pour l’assaisonnement de certains plats, le vinaigre est un liquide aigre acide obtenu par la fermentation acétique du vin. En effet, la majorité des historiens de la gastronomie a le même point de vue sur cette définition et s’accorde à dire que l’origine de ce produit, c’est le vin. Mais, quelles sont les véritables origines de la fabrication de vinaigre ?

L’histoire du vinaigre

On peut dire que les origines du vinaigre se perdent dans la nuit des temps comme celles du vin. Si l’on se base sur l’histoire, c’est Christiaan Hendrik Persoon qui a effectué une intervention d’Acetobacter avec un phénomène d’oxydation de l’alcool pour donner l’acétification. Toutefois, c’est en 1865 que Pasteur a donné un nom à la bactérie formée et décréta qu’un vinaigre de vin provenait uniquement d’un bon vin aigre.

Si l’on recherche dans les écrits qui datent de 5000 ans passés, on peut retrouver des traces de l’utilisation de ce produit en Égypte et en Mésopotamie. À cette époque, le vin aigre se définissait comme étant un breuvage utile pour agrémenter les herbes, les fruits ou les fleurs. De plus, on a rapidement découvert les propriétés thérapeutiques du produit dans l’histoire du vinaigre en tant que médicaliment. Effectivement, les Égyptiens utilisaient le vinaigre pour désinfecter les blessures de guerre lors des épidémies de peste. Ainsi, les diverses propriétés aseptiques du produit sont apparues petit à petit avec les bienfaits pour la santé, surtout celui du vinaigre de cidre.

Le métier de vinaigrier moutardier, qu’est-ce que c’est ?

Produit à privilégier en cuisine, le vinaigre n’a pas toujours eu cette forte réputation. Ce produit doit son développement à la gastronomie, celle qui ne cesse de découvrir ses vertus pour la santé des utilisateurs. D’un autre côté, les vignerons n’arrêtent pas de craindre la contamination des autres fûts dans la cave avec la présence d’un fût aigre. Pourtant la fabrication de vinaigre reste une tâche relativement simple.

Apparu en 1394, le métier de vinaigrier moutardier est devenu une véritable profession en France. Reconnu par le roi de France en 1594, ce métier se sert de deux méthodes différentes : celle dite traditionnelle et celle nommée Allemande. Pour la première méthode d’Orléans, les professionnels utilisent du vin afin de concevoir le vinaigre. Quant à la deuxième méthode, elle se base sur le mélange de l’alcool avec de l’acide acétique et des copeaux de hêtre. Pour le fabriquer, il existe des vinaigriers conçus avec de la céramique, du bois et du grès, des éléments permettant le développement de la « mère à vinaigre ». Cette composition provient de l’alimentation en alcool de la mère, une procédure indispensable pour la transformation de l’acide acétique. C’est le pourcentage de cet acide qui définit l’acidité du vinaigre.

L’utilisation des vinaigrier

Avec l’aide des vinaigriers, les fabricants peuvent s’assurer d’avoir un excellent mélange entre le vin et les différents éléments. Composée d’une mouche à vinaigre, l’utilisation des vinaigrier reste avantageuse pour l’ensemencement des produits et le soutirage du vinaigre d’alcool. Une fois que le mélange est prêt, il suffit de prendre le produit par le bas. Étant donné que l’Orléans a été durant longtemps la capitale mondiale du vinaigre, elle a compté plus de 300 vinaigriers vers le VIIIe siècle. Même si la fabrication de vinaigre est devenue un métier à l’international, l’Orléans contient encore plusieurs vinaigriers. Avec ce fort développement de la conception de vinaigre, il existe de nombreuses sortes de produits dans le monde. On distingue, le célèbre vinaigre de Yéma obtenu par le vieillissement à l’intérieur des fûts de whisky ou encore le vinaigre de vin blanc ou rouge, de cidre, d’hydromel ou de malt.

Que contient ce produit ?

Outre les caractéristiques thérapeutiques du vinaigre, il comporte également plusieurs éléments utiles à l’organisme. Le vinaigre se traduit comme un aliment richissime en vitamine B, D et de nombreux oligo-éléments. Avec son enzyme et ses acides aminés essentiels, cet aliment est très utilisé dans le domaine de la gastronomie. Contenant du calcium, du fer, du magnésium, du bore et du chlore, le vinaigre permet d’améliorer l’absorption de ces éléments par l’organisme. On peut dire que le travail de cet aliment ne s’arrête pas à un simple assaisonnement, car il reste un excellent fortifiant. Grâce aux éléments que contient ce produit, il possède une certaine réputation sur l’amélioration de l’ouïe, de la vue et de l’assiduité de la réflexion.

Laisser un commentaire

Fermer le panneau